09.09.2015

Photo culinaire : 10 conseils pour développer votre créativité.

09.09.2015

Photo culinaire : 10 conseils pour développer votre créativité.

Lorsque l’on commence à bien maîtriser toute la technique photographique et qu’on a trouvé un style qui nous plait, on s’assoit sur nos acquis et une certaine routine s’installe. J’en suis la première concernée.
Et puis un jour, on se sent lassé par le travail que l’on propose et on souhaite pousser sa réflexion un peu plus loin pour proposer des photos plus créatives.
Ce n’est pas évident d’innover et d’évoluer malgré l’envie de faire autre chose.
Je vous propose, à travers ces 10 conseils, de vous donner des pistes et de l’inspiration pour varier vos prises de vue.

1- Changez d’objectif

Si vous en avez la possibilité, essayez d’autres objectifs. J’ai commencé à photographier uniquement au 35 mm puis j’ai changé pour un 50 mm. Aujourd’hui, je l’utilise en alternance avec un objectif macro 100 mm. Il m’arrive encore de temps en temps de faire appel à mon grand angle mais uniquement pour des prises de vue particulières.

Chaque objectif a la particularité de donner un style qui lui est propre.
Le 35 mm apporte une sensation de grandeur, d’espace. Les élements semblent éloignés les uns les autres.
Le 50 mm va correspondre un peu plus à la vision de l’homme.
Tandis que l’objectif 100 mm va écraser la perspective, la distance entre les différents éléments de la scène sera réduite. L’utilisation d’un objectif macro permet en plus de pouvoir se rapprocher de très près du sujet.

On dit souvent qu’il faut un objectif 80 / 100mm pour la photo culinaire. Je ne suis pas spécialement d’accord avec ça. C’est vraiment dommage de se limiter à ces focales car une focale plus “grand angle” va apporter une vision plus originale, moins courante de ce qu’on a l’habitude de voir.

photo1

Avec un objectif grand-angle, on peut facilement réaliser des prises de vue à pic et couvrir la totalité de la scène. Mais attention aux déformations ! L’objectif 50 mm permet de photographier la scène sans trop de déformation tout en conservant des proportions équilibrées et proches de la réalité.
Quant à l’objectif macro 100 mm, il me permet de m’approcher de mon sujet et de plonger le spectateur dans le plat.

Aussi, changer d’objectif permet de varier les échelles de prise de vue : vue globale, cadrage serré ou gros plan. Vous verrez vos scènes différemment dans le viseur de votre appareil photo et vous photographierez différemment ce qui vous permettra de changer un peu votre style d’images.

2- Tenter la prise de vue à pic

La vision la plus classique d’une photo culinaire c’est l’inclinaison à 30° donnant une vue naturelle de la scène, une vision qui correspond à celle que l’on a quand on se met à table.
Mais avez-vous essayé de regarder votre scène du dessus ? La vision est pour le moins surprenante et apporte une nouvelle dimension à la photo culinaire.
La vue à pic permet de jouer sur les formes et de donner un côté plus graphique si on le souhaite. Approchez-vous pour faire un focus sur une partie de la scène ou éloignez-vous pour montrer la scène dans son ensemble.
Pour faciliter cette prise de vue, vous pouvez placer votre scène directement au sol. Il sera ainsi plus facile de vous placer bien au-dessus en enjambant la scène.
Autrement, montez sur une chaise ou utilisez un trépied qui permet de placer l’appareil photo à 90° du sol.
Mais faites attention à bien placer votre appareil photo bien parallèle au sol, autrement la photo paraitra bancale.

photo2

L’image de gauche vous permet de vous montrer une prise de vue à pic, sans trépied, à main levée et en hauteur. Il suffit de se mettre sur une chaise et de placer l’appareil photo au-dessus de la scène. Pour faciliter la prise de vue, passez votre appareil photo en Live View et réalisez une mise au point manuel. Enclenchez ! Vous aurez sûrement à réaliser plusieurs clichés avant d’obtenir le résultat escompté.

3- Mettez-vous en scène

Se mettre en scène sur la photo est le meilleur moyen de mettre un peu de vie à vos images culinaires. Il n’est pas nécessaire que vous vous montriez entièrement, vous pouvez rester anonyme ! Montrez simplement vos mains dans la scène, prenez en photo une bouche en train de manger ou de boire. Pour ce type de scène, il est nécessaire d’être muni d’un trépied ou de faire appel à quelqu’un de votre entourage. Mais j’aborderai ce sujet plus en détail dans quelques jours.

photo3

Quelques exemples de mise en scène. Je mets souvent mes mains sur mes photos, c’est le plus simple lorsqu’on est seul. Ne trouvez-vous pas que ça donne tout de suite plus de vie ?
La dernière image est un auto-portrait, il a fallu de nombreux essais avant d’avoir la photo nette où il fallait avec le bon cadrage.

4- Sortez de chez vous

Au lieu de toujours photographier à l’intérieur de chez vous, essayez de faire quelques photos dans votre jardin pour donner un air de pique-nique, et osez même sortir de chez vous pour aller en forêt, dans un parc, une prairie… Sortez des sentiers battus pour profiter de votre environnement et ainsi proposer des mises en scène particulièrement originales.
Vous pouvez retrouver mon article sur ce sujet ici.

5- Changez complètement de style !

Vous réalisez plutôt des images épurées et sobres ? Alors essayez de faire des scènes brutes et complètement salies.
À l’inverse, vous aimez charger vos scènes, mettre des épluchures, des épices, des miettes de pain, du cacao et autre… Vous aimez quand vos images sont pleines de vie ? Et bien, essayez des images à l’opposé de votre style en choisissant une mise en scène très minimaliste.
Vous aimez les ambiances neutres, sans trop de couleurs ? Pourquoi ne pas essayer de mettre de la couleur ?
La marche à suivre est simple : posez sur une feuille les adjectifs qui qualifient votre style, puis prenez leurs antonymes. C’est la méthode la plus simple pour changer du tout au tout ! Cela demande un certain effort. Quand on est ancré dans un style, il est difficile d’en changer. Mais vous verrez, c’est très instructif. Les débuts ne vont peut-être pas vous sembler très encourageant, cela ne va pas forcément vous plaire. Mais petit à petit, vous allez réussir à paufiner vos mises en scènes.
N’hésitez pas à vous inspirer sur Internet, Pinterest est très bien pour ça.

photo4

Je suis restée longtemps avec un style plutôt sombre aux couleurs neutres. Je me suis mise petit à petit à créer des scènes beaucoup plus colorées.

6- Ouvrez en grand

Quand vous photographiez vos recettes, quelle ouverture choisissez-vous ? f/6.3, f/7.1 ou f/8 ? Mais est-ce que vous avez essayé les grandes ouvertures que permet votre objectif ?
On obtient ainsi un joli flou d’arrière-plan et l’image est tout de suite plus douce. Les grandes ouvertures servent aussi à concentrer et orienter le regard sur le sujet principal sans qu’il ne se disperse sur les autres éléments de la photo.

Ne choisissez pas la valeur minimale que propose votre objectif, elle manque généralement de piqué. Il faut quand même avoir un minimum de netteté pour que l’image soit réussie.

Osez ouvrir en 1.8 si vous le pouvez, en 2.2 ou 2.5. Ce sont des ouvertures que j’utilise très souvent pour les photographies de mon blog (pour des clients, le travail est différent). Ce que j’aime avec ces valeurs et notamment l’ouverture f/1.8, c’est le vignettage qui apparait sur les photos sombres et qui apporte un côté cocon à la photo que j’adore ! Je n’hésite pas à l’accentuer un peu par post-traitement. Je fais du défaut de mon objectif un atout pour mes photos. Faites-en autant !

photo5

Ces 2 photos sont prises en f/1.8. On remarque particulièrement sur l’image de gauche le vignettage créé par cette ouverture. Tandis que sur la photo de droite, le flou des éléments du fond est très marquées.

7- Changez de la vaisselle traditionnelle

Vous êtes peut-être lassé de photographier vos recettes dans des assiettes de manière classique. Essayez de détourner les objets qui se trouvent autour de vous.
J’ai par exemple récupéré des bougeoirs qui me servent de petit contenant afin d’y mettre des sauces ou des épices.

Les boites de conserve sont des contenants très sympa qui peuvent accueillir vos plats. Vous en trouverez de différentes tailles, différentes formes. N’hésitez pas à les récupérer, à retirer les étiquettes et pourquoi pas à les bomber pour donner un certain style. Il en est de même avec les bocaux en verre qui peuvent tour à tour servir de verre, de pot, de ramequin, etc…

Une autre idée très rigolote : si vous avez besoin pour votre recette de concasser des noix, des pralines ou autres fruits secs, au lieu de placer un rouleau à pâtisserie sur votre scène, mettez à la place un marteau déniché dans votre boîte à outils !
Les rondelles de bois servent aussi de support à la place des assiettes. Vous pouvez les faire vous même si vous êtes un peu bricoleur ou les acheter tout faits sur Internet.

Enfin, si vous en avez assez de photographier dans les assiettes, photographiez directement dans votre cocotte, votre poêle ou votre casserole. Ca change un peu et c’est plus convivial.

photo6

photo7

Je vous propose un pêle-mêle d’images qui illustrent mes propos (le marteau, la conserve, la rondelle de bois et la batterie de cuisine)

8- Décomposez la recette

Je vous invite à pousser un peu plus loin vos mises en scène en vous suggérant cette idée de photographier votre recette de manière décomposée. L’idée est de placer sur la scène à la fois les ingrédients qui rentrent dans la composition de la recette et le résultat final. Ce qui est très sympa c’est de placer ces éléments de manière ludique sous forme d’addition par exemple en écrivant à la craie ou avec du papier découpé des “+” entre les ingrédients et un “=” juste avant le résultat comme sur la photo ci-dessous. Vous pouvez photographier cette mise en scène à pic (surement la prise de vue la plus appropriée) ou en face d’elle.

Vous pouvez aussi imaginer placer les ingrédients en vrac sur la scène, d’y noter toujours à la craie les ingrédients en les fléchant et de placer la recette finie autour mais sans pour tant faire la mise au point sur elle.

photo8

La photo doit être aussi un amusement ! Dès que votre recette se prête à cet exercice (c’est-à-dire qu’elle ne demande que peu d’ingrédients), n’hésitez pas à faire ce type de mise en scène.

9- Sous-exposez

On a tendance à vouloir retranscrire à tout prix la lumière telle que nous la percevons. Mais certaines scènes sont particulièrement mises en valeur lorsqu’elles sont sous-exposées. C’est-à-dire lorsque vous rendez l’image plus sombre qu’elle n’est en réalité.
Ce style s’applique aux scènes déjà sombres avec un fond dans des tons marrons, bleus nuit ou, mieux, noirs.
La sous-exposition va apporter un côté mystérieux, intime. L’idée va être de déplacer le curseur de l’exposition vers la gauche, mais pas trop non plus, pour qu’on puisse discerner les éléments. Pour cela, il faudra que vous jouiez avec la lumière en la plaçant de manière à créer des reflets sur la vaisselle ou sur la recette. N’hésitez pas, même, à ajouter des éléments sur la scène qui pourront refléter cette lumière.
Le post-traitement sera l’aboutissement de cette sous-exposition afin d’assombrir les zones d’ombre et de réveiller les zones plus claires.

photo9

À gauche, c’est un caramel balsamique que j’ai mis en scène de manière très mystérieuse. Je voulais absolument jouer avec la lumière. Ce type de recette est parfaite pour cela. Il suffit de placer sa source de lumière en arrière-plan et de se placer de manière à voir le reflet sur le caramel.
À droide, c’est un peu différent. C’est le côté très gourmand et chaleureux de la recette qui m’a inspiré cette prise de vue. C’est la chantilly que je voulais garder le plus dans la lumière et mettre le reste de la scène dans l’ombre.

10- Coupez net

Je termine cet article par un conseil de cadrage. Au lieu de toujours montrer vos recettes dans leur ensemble, n’hésitez pas à couper net votre plat pour n’en montrer que la moitié ou qu’une partie.
Spontanément, nous voulons photgraphier le plat dans sa totalité pour une image purement descriptive. Mais il n’est pas nécessaire de tout montrer ! Bien au contraire, il ne faut pas hésiter à être sélectif pour dynamiser l’image et la rendre plus originale. Le cerveau ne sera pas gêné par cette coupure puisqu’il saura très bien imaginer ce qui n’est pas montré.
Veillez à bien couper franchement votre sujet. Un cadrage approximatif donnera la mauvaise impression d’un défaut de cadrage.

photo10

On n’hésite pas à couper net ! Votre photo ne sera que plus dynamique.

chefNini

Sous le pseudonyme chefNini, Virginie anime depuis février 2008 un blog culinaire du même nom. Elle y partage ses recettes, des articles techniques, des guides d’achat et des tests produits.
Depuis 2011, elle propose ses services de photographe, styliste et créatrice culinaire.
Elle a publié un ouvrage sur la photographie culinaire aux éditions Pearson, ainsi qu’un Almaniak Cuisine chez Editions 365. 

Blog : http://www.chefnini.com
Portfolio : http://virginiefouquet.com/
Facebook : http://www.facebook.com/chefNini/
Twitter : https://twitter.com/chefNini
Instagram : https://instagram.com/chefnini_blog/

Top
Nos marques