13.12.2016

Je m’appelle Manfrotto Windsor Backpack et je vous le dis : «  Elle m’adore ! »

Rédigé par:
Adeline Monnier

13.12.2016

Je m’appelle Manfrotto Windsor Backpack et je vous le dis : «  Elle m’adore ! »

Je ne sais plus, tant il fait noir, depuis combien de temps je suis enfermé. Pas un rai de lumière, pas un filet d’air, bousculé, renversé, secoué, jeté.

Une voix? Puis une autre, celle-ci féminine

– Une signature s’il vous plaît.

– Ici? oui!

– Bonne journée!

– A vous aussi!

Voix encore, féminine toujours, musique, plus rien ne se passe. Cela m’a paru interminable. Soudain, sifflement de lame, en deux temps trois mouvements, tête en haut, en bas, tourne, vire, volte, zippe, ouvert, fermé, tire, ferme ouvre encore.

Dedans, la poche filet,  le compartiment inspecté par mille mains, du bout des  doigts chaque détails.

J ‘y suis.  Encore des mains ?

– Mais! Vous me chatouillez Madame!

Une nouvelle fois, une main aplat cette fois dans le compartiment pour l’ordinateur. Sur son dos je suis essayé, à vide. J’en profite pour jeter un rapide coup d’œil aux alentours. Ils me laissent à penser à un studio photo. Retour au sol après un massage express de bretelles, je le confirme c’est bien un studio : à mes côtés pieds lumières – les minis à air comprimé, trépied 055 carbone, une girafe combi-boom et son contre poids.

Cette fois-ci c’est sûr: je suis chez un photographe, enfin une photographe!

Conçu, pensé, imaginé,  je suis fait pour son quotidien.

1windsor-ad-0301

A peine le temps de me conforter avec joie à mes réelles perspectives, zippe, ouvre, ferme.

Le double compartiment lui plaît, elle y revient! Mais? Elle me le retire? Pas d’appareil reflex pour ce jour?

1windsor-ad-0294

Je suis un peu déçu, contrairement à elle, toute fière d’aller avec son nouveau sac sur le dos, à la salle d’escalade. Ses deux paires de chaussons se logent à merveille dans le dit compartiment à boitier. En à peine une journée je suis devenu son compagnon de chaque instant, pas seulement celui des grosses journées de prises de vues à deux boitiers trois objectifs et tout le tralala !

Moi, je suis de toutes circonstances : d’une réunion aux déjeuners,

1windsor-ad-0304

d’une sortie d’école primaire à un rendu clientèle, avec mon look vintage, tendance, unisexe c’est le succès à coup sûr !

1windsor-ad-6039

Un tour par le Salon de la Photo, c’est reparti : zippe, ouvre, ferme, regarde dedans, dessus, dessous, je plais aux autres aussi! Je crois même qu’elle a plaisir à en faire la démonstration.

D’une grande capacité, tout confort pour le maintien de son dos, je lui permets de partir dès le matin pour toute une journée différente à la fois professionnelle, sportive et personnelle.

Un coup de trottinette, sans l’insert amovible, je reçois une tête de flash monobloc pour une future session de photos packshots.

1windsor-ad-6062

De nouveau l’insert photo mis pour un appareil reflex me voici en conditions de reportage.

1windsor-ad-6034

C ‘est sans compter sur la possibilité de tout y mettre, son téléphone, passe de métro, clefs, bloc notes, crayons, pochette de fille.

1windsor-ad-0274

Et bien au-delà d’être pratique, élégant, ingénieux, idéal, tous de gris et carreaux vêtu, je lui suis assorti ! C ‘est le coup de foudre !

Je vous l’avais dit : elle m’adore !

Matériel utilisé : Manfrotto Windsor Backpack

Adeline Monnier

Française

Alors âgée de 18 ans, Adeline Monnier arpentait déjà les plateaux, pas encore ceux des studios photos, mais ceux des scènes nationales du Théâtre de Sète, Montpellier, Marseille ou encore le Festival International d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence. Le goût de la mise en scène, la mise en lumière, le juste choix de l’objet lui sont ainsi enseignés par son expérience en tant qu’accessoiriste du spectacle vivant. En 2005, changement de cap : Bienvenue à Paris, avec un contrat individuel de formation signé. Elle a passé 9 mois à se former pour une profession depuis son adolescence tant convoitée : photographe. Ainsi installée à Paris, elle confirme son enseignement en particulier la photographie culinaire et de nature morte, en tant qu’assistante.

Forte d’expérience pour les Editions Alain Ducasse, elle signe ses premières commandes pour le milieu des Néo-Bistrots parisiens et signe comme co-auteur avec le Chef Sébastien Guénard son premier livre de cuisine : « Tu vas kiffer le navet » aux Editions Thierry Magniers. Les magazines tels que Côte Magazine (St Tropez, Genève, Monaco), Amazing France (Haute Joaillerie, Place Vendôme), Gault&Millau (portraits de Chefs) lui font régulièrement confiance pour des séries. Et, comme une vie simple de photographe de nature morte ne suffit pas, pour 2016, elle s’est engagée sur la production d un livre : Escalade pour Tous , un ouvrage qui la sort bien en dehors de sa zone de travail, mettant au défis les lois du cadrage du plancher des vaches !

Top