31.08.2017

Test du sac à dos 3N1-36 pour drone type Phantom

Rédigé par:
Arnaud Lesueur

31.08.2017

Test du sac à dos 3N1-36 pour drone type Phantom

J’ai profité de mon voyage en Islande pour essayer et tester deux produits Manfrotto : le sac à dos 3N1-36 et le slider d’un mètre pour réaliser des timelapses dynamiques.

Dans cet article, je vais vous parler du sac à dos pour drone. Etant pilote de drone déclaré en France, je cherchais un sac pour être polyvalent pendant mes tournages en montagne, en balade et en voyage.

Quand je pars faire des images, c’est toujours dur de choisir quoi prendre car en réfléchissant à tout ce qu’on peut trouver sur notre chemin on a vite envie de prendre tout notre matériel. Il faut donc faire des choix. J’essaie à chaque fois de trouver un juste milieu entre le confort pour se déplacer et ce que je peux emporter.

Pour l’Islande, j’ai réalisé le tour de l’île en deux semaines et demi en voiture. Je savais très bien que les conditions climatiques étaient très changeantes sur les îles et c’est pour cela que je devais optimiser mes images dans les périodes de beau temps. Pour ma part, je partais principalement pour faire des timelapses et des prises de vue aériennes, ce qui implique beaucoup de materiel. J’ai donc opté pour l’alliance du sac 3N1-36  et du sac à dos pour drone DJI.

Les deux sacs fonctionnent bien ensemble car je mettais facilement un sac sur le dos et l’autre en bandoulière devant. En fonctionnant comme ça, je pouvais facilement prendre deux boîtiers photos pour avoir les différents accessoires pour les timelapses dans un sac et tout le matériel pour faire des prises aériennes. Il y a beaucoup de chose à voir juste à côté des routes, environ 5/10 minutes à pied et pouvoir avoir tout très rapidement était vraiment important pour moi.

Quelques fois, sur des spots un peu plus loin, je ne prenais que le sac pour le drone pour pouvoir avoir une approche plus rapide sur le site. Pour le choix de mon matériel, je partais avec un boitier équiper d’un objectif 24-70 f 2.8, un intervallomètre, un trépied, un phantom 4 pro, trois batteries et quelque chose à boire et à manger.

Je suis monté en haut du Volcan Hverfjall en courant avec ce sac et le trépied à la main, c’était une première avec ce sac et j’ai été agréablement surpris. Avec tout le matériel dans le sac je ne pensais pas pouvoir courir tout le long, souvent le sac bouge et on sent tout le matériel bouger et ce n’est pas une sensation très agréable que ce soit pour moi ou pour mon matériel. En serrant bien les bretelles et la sangle ventrale, le sac tient et il tient vraiment bien. Toutes les parties du sac qui sont en contact avec le dos sont équipées de mousse très confortable et même en serrant vraiment bien le sac contre le dos, le confort reste très bon.

Rentrons maintenant dans le sac, où l’on trouve deux parties séparées. La partie principale pour mettre le drone et les accessoires et un compartiment sur le sommet pour la télécommande et un boîtier ou des effets personnels.

Le sac est conçu pile à la taille du drone donc il faut avoir la bonne technique pour pas s’embêter à sortir ou à ranger le drone sans l’abimer. Et quand on trouve la bonne technique on se dit vraiment que ce sac est conçu pour les Phantom de la marque DJI. Pour ma part, le rangement  commence par le drone pour laisser les mousses de protection libre sans être bloqué par les batteries. Je rentre la nacelle en biais pour pouvoir passer les deux bras du drone dans le sac (au niveau du compartiment du haut) pour ensuite pouvoir le glisser au fond du sac et rabattre le tissu du sac sur les deux autres bras. Si vous faites l’inverse il faudra forcer sur le sac pour peut-être réussir à mettre le drone dans le sac, je ne vous le conseille pas. Ensuite on peut glisser les batteries dans les compartiments dédiés.

Dans la partie supérieure, je mettais souvent avec un pull, un boitier, un objectif et quelques collations.

On trouve suffisamment de petites poches extérieures pour mettre les différents petits accessoires dont on aura besoin lors du shooting (batterie, intervalomettre, carte de visite, etc.).

Pour moi, ce sac est parfait pour les petites randonnées, excursions ou shooting avec des approches à pied, moto, bateau, etc. On peut facilement allier les prises de vue au sol et les prises de vue aériennes pour être polyvalent que ce soit en photo ou en vidéo. Une fois familiarisé avec le fonctionnement du sac, c’est très simple de sortir le drone rapidement et d’être prêt à tout moment.

Pas de surprise niveau de la qualité, je reste sur la même position que tous les tests que j’ai fait sur les produits Manfrotto : robuste, confortable, simple, léger et esthétique.

Pour un passionné d’image, un pro, un voyageur ou bien d’autre si vous voulez un sac pour vos road trip ou bien vos day off ou encore vos tournages c’est un compagnon qui s’adopte très facilement.

Retrouvez la vidéo de mon voyage ici !

Arnaud Lesueur

Français

Je m’appelle Lesueur Arnaud, j’ai 26 ans et je suis basé en Haute-Savoie, à Saint Gervais Les Bains. J’ai découvert ma passion pour l’image durant mon parcours sportif de haut niveau en freeride. Avec de nombreux voyages autour du monde pour des compétitions et la création de films de ski, j’ai eu envie d’avoir ma propre vision à travers la photo. J’ai toujours voulu avoir un regard nouveau, utiliser tous les décors qui m’entourent pour faire passer un message une émotion. J’associe la photo, les timelapses et les prises aériennes pour trouver les différents points de vues que je cherche vraiment.

Top