22.09.2015

Photo culinaire : choix de l’ouverture.

22.09.2015

Photo culinaire : choix de l’ouverture.

S’il y a bien un paramètre particulièrement important dans la photographie culinaire, c’est le choix de l’ouverture (exemple f/2.5 ou f/22).
Selon ce choix, la zone de netteté sera plus ou moins étendue. Aussi, vous aurez la possibilité de rendre l’arrière-plan bien net ou de le plonger dans un joli flou pour isoler votre sujet. C’est ce qu’on appelle la profondeur de champ.
Alors dans quel cas utiliser une grande ou une petite ouverture pour vos images ?

– Petit rappel : Que signifie le chiffre derrière le f/ ?
Je vais juste dire 2 mots sur le sujet pour celles et ceux qui débutent en photo.
Dans chaque objectif se trouve un diaphragme circulaire qui gère la quantité de lumière à laisser passer. L’ouverture correspond au diamètre de ce diaphragme et s’écrit avec un petit f suivi d’une barre oblique et d’un chiffre , comme ceci : f/10.
Pour faire simple, nous pourrions le comparer à la pupille de l’oeil qui se dilate pour laisser entrer la lumière. Lorsque le diaphragme est grand ouvert, la lumière entre en abondance. À l’inverse, si l’ouverture est quasiment fermée, seul un mince filet de lumière pénètre jusqu’au capteur.
Histoire de compliquer un peu les choses, la grandeur du chiffre ne correspond pas à la grandeur de l’ouverture. Plus la valeur est petite (f/4, f1.8…) plus grande sera l’ouverture. Et inversement.

photo1

Le diaphragme se compose de lamelles qui s’ouvrent et se referment différemment selon l’ouverture choisie.

– Gérer la profondeur de champ

Le choix de l’ouverture va permettre de maîtriser la répartition de flou et de netteté sur l’image.
Lorsque le diaphragme est complètement fermé (f/22, f/18…), la zone de flou est très réduite, voir inexistante. L’image semble nette du premier à l’arrière-plan.
Lorsque le diaphragme est grand ouvert (f/1.4, f/2…), le flou prend une place beaucoup plus importante, laissant seulement une fine zone de netteté. À mesure que le diaphragme s’ouvre, le flou sera plus présent et prononcé.

photo2

Ici, deux même photos. La seule différence est l’ouverture. À gauche, j’ai photographié en f/1.8 et à droite en f/22.

La profondeur est donc en partie gérée par l’ouverture choisie mais pas seulement. Sachez également que la distance de l’objectif au sujet, la distance de l’arrière-plan au sujet, ainsi que l’objectif et l’appareil photo sont autant de facteurs à prendre en compte dans la gestion de la profondeur de champ.

La distance au sujet : À ouverture fixe, la distance qui vous sépare du sujet fait varier la profondeur de champ. En effet, plus vous approchez l’objectif du sujet, plus la profondeur devient faible. Plus vous vous éloignez, plus la zone de netteté sera étendue.

Il en est de même avec l’arrière-plan. Selon la distance qui sépare le sujet de son arrière-plan, ce dernier paraîtra plus ou moins flou, à ouverture égale.

Enfin, parlons un peu matériel car celui-ci a une conséquence directe sur la profondeur de champ. Et c’est la taille du capteur de votre appareil photo qui va jouer sur ce point. Les compacts ayant un capteur plus petit que les reflex, la profondeur y sera plus grande à ouverture égale. Il est donc plus difficile d’obtenir ces beaux flous d’arrière-plan avec ce type d’appareil. Je vous conseille d’utiliser le mode macro qui vous permettra d’obtenir un flou un peu plus marqué.
Concernant les reflex, chaque objectif est différent. Plus la focale est courte (un 24 mm, par exemple) plus la profondeur de champ est grande. Mais si vous utilisez une longue focale (100 mm, par exemple), le flou sera plus accentué.

Le choix de la profondeur de champ sera avant tout à votre jugement. Dans quelle proportion souhaitez-vous doser le flou et la netteté ? C’est la question que vous devriez vous poser avant chaque prise de vue.

– Quand et pourquoi utiliser une grande ouverture ?
Personnellement, je photographie toujours à grandes ouvertures entre f/1.8 et f/2.8 avec mon 50mm et entre f/2.8 et f/4.5 avec mon 100mm, car c’est ainsi que j’aime les photos culinaires.
Une faible profondeur de champ sert à mettre en valeur le sujet et le détache de son décor en créant du flou devant et derrière lui.
C’est à la fois une façon de donner du modelé à l’image, de la rendre moins descriptive et d’isoler le sujet pour focaliser le regard du spectateur sur une zone nette.
Ainsi, vous éliminez des informations superflues pour ne montrer que l’essentiel.
L’arrière-plan va alors devenir une masse colorée et la lisibilité de l’image en sera simplifiée. C’est d’autant plus important si vous photographiez de manière frontale.

photo3
Voici deux photos frontales avec de grandes ouvertures afin de rendre flou tout l’arrière-plan et de mettre net le sujet principal, à savoir les verres.

photo4

Voici deux photos prises avec une ouverture f/1.8. À gauche, on remarque que seule le toast est bien net, tandis que le premier plan et l’arrière-plan sont plongés dans le flou.
À droite, c’est une vue un peu plus en hauteur que j’aime souvent réaliser. Ce type de vue combiné à une grande ouverture offre une photo un peu rêveuse.

– Quand et pourquoi utiliser une petite ouverture ?
Photographier avec des ouvertures plus petites permet d’obtenir des images plus descriptives, moins “artistiques” si je peux m’exprimer ainsi. Elles sont un peu plus délicates à réaliser car il va falloir prêter davantage attention à l’arrière-plan afin de ne pas obtenir une image fouillie dans laquelle on va se perdre. Il vaut mieux rester assez sobre dans sa mise en scène et conserver tout de même un peu de flou dans l’arrière-plan.

Une petite ouverture est également conseillée pour les prises de vue à pic avec une scène qui présente des éléments de différentes hauteurs. Tout paraitra ainsi bien net.

Ce choix d’ouverture est vraiment personnel. Il m’arrive d’utiliser des ouvertures plus petites, jusqu’à f/10 mais rarement au-delà. C’est généralement pour mes clients que j’utilise ces ouvertures afin de bien mettre en valeur leurs produits. Pour mon blog, je conserve toujours des grandes ouvertures.

photo5

Voici deux photos à pic pour le blog avec des ouvertures relativement grandes par rapport à l’objectif et à la distance du sujet. Elles ont été prises à f/6.3 avec un 50mm.

– Bokeh
Le bokeh désigne le flou artistique d’un arrière-plan sur lequel se détache clairement le sujet, grâce à une faible profondeur de champ. C’est la forme du diaphragme de l’objectif, et le nombre de lamelles qui déterminent le flou ainsi que sa qualité.
Lorsque des sources lumineuses apparaissent en arrière-plan, ces points prennent une forme plus ou moins douce, plus ou moins géométrique. On peut ainsi obtenir des bulles de lumière pour des arrières-plans magiques. Des paillettes, des bougies, une guirlande lumineuse sont autant d’éléments qui servent à créer ces bulles. Avec des paillettes, placez-vous de manière à ce que la lumière réfléchisse dessus afin de réussir votre bokeh.
Enfin, pour réussir ces bulles de lumière, utilisez un fond sombre pour que le bokeh ressorte parfaitement !

photo6

Sur la photo de gauche, j’ai utilisé des petites étoiles argentées qui, lorsque la lumière réfléchit dessus, deviennent brillante et offrent ces bulles.
Sur la photo de droite, c’est du sucre coloré que j’ai mis sur la scène et qui, avec la faible profondeur de champ (f/1.8 avec un 50mm), offre plein de petits ronds dorés.

photo7

Il est aussi possible de faire des jolis bokeh en utilisant simplement du sucre en grains comme sur la photo de gauche ou du papier aluminium, comme ici à droite.

chefNini

Sous le pseudonyme chefNini, Virginie anime depuis février 2008 un blog culinaire du même nom. Elle y partage ses recettes, des articles techniques, des guides d’achat et des tests produits.
Depuis 2011, elle propose ses services de photographe, styliste et créatrice culinaire.
Elle a publié un ouvrage sur la photographie culinaire aux éditions Pearson, ainsi qu’un Almaniak Cuisine chez Editions 365. 

Blog : http://www.chefnini.com
Portfolio : http://virginiefouquet.com/
Facebook : http://www.facebook.com/chefNini/
Twitter : https://twitter.com/chefNini
Instagram : https://instagram.com/chefnini_blog/

Top
Nos marques