17.10.2016

Mes Portraits

Rédigé par:
Ben PG

17.10.2016

Mes Portraits

Pour réussir un bon portrait il faut une lumière principale, une source secondaire, un fond, un boitier, une optique, un système de déclenchement à distance et un modèle. Voilà. Merci au revoir.

Ceci est totalement caricatural et démontre ma faible passion en termes de portraits en studio. Plutôt que de vous présenter une technique pour laquelle je me tournerais moi-même vers d’autres photographes bien plus talentueux (jetez un coup d’oeil en bas de page 😉 ) je préfère vous parler ici de portraits au sens journalistique.

Ben_PG_manfrotto_portrait001

A moins de répondre à une commande spéciale, dans lequel cas vous aurez à vos côtés une personne en charge des questions et plus largement de la partie écrite, vous devrez surement gérer l’ensemble de la préparation et de la réalisation de votre portrait par vous-même. Il est donc primordial d’être préparé et organisé.

Avant toute chose, préparez votre équipement. La personne en face de vous ne sera que très rarement habituée aux shooting. Il faudra donc éviter de la faire patienter trop longtemps. De la même manière, il est en mon sens évitable de mettre son récit sur pause afin de s’éloigner pour la figer avec un flou parfait en background à coup de 200mm… Votre interlocuteur risque alors de se poser la question : « Est-ce-que c’est fini ? » Ou plus simplement : « Suis-je chiant à ce point ? ». Mon conseil quelque peu redondant sera de rester simple !

Ben_PG_manfrotto_portrait002

Dans votre cartable vous penserez à prendre un peu d’argent, car OUI l’interviewer paie la note (!), un joli carnet contenant vos questions, un stylo bille noir, un smartphone, 2 boitiers, 2 optiques, 1 flash cobra et une bouteille d’eau plate de préférence réutilisable pour ne pas abîmer notre belle planète.

Ben_PG_manfrotto_portrait004

La première partie de cette liste est simplement destinée à vous faciliter la tâche. Dès que vous êtes installé et que vous en avez la possibilité, lancez le magnétophone de votre téléphone. Je préfère toujours prendre quelques notes par écrit au sujet des points principaux à mettre en avant. Cela me permet également de m’appuyer très naturellement sur les questions que j’ai sous les yeux afin de guider l’interview.

Ces questions préparées doivent être un fil d’Ariane vous permettant de ne pas vous égarer. Pour autant, ne manquez pas l’occasion d’approfondir les sujets sur lesquels votre interlocuteur se montrera plus loquace. Vous risqueriez de vous retrouver avec un récit sans relief.

Voilà pour la partie rédactionnelle. Je n’approfondirai pas plus cet aspect du portrait.

Ben_PG_manfrotto_portrait003

 

Ben_PG_manfrotto_portrait005

Les clichés se répartissent en quatre catégories me permettant d’illustrer mes interviews.

 

Je commencerai ici par le contexte, le décor. Afin d’installer mon sujet dans un univers où il se sentira à son aise et donc réduire son niveau de stress naturel, j’aime à définir le lieu de rencontre avec lui. Autant que possible, essayez de disposer de 2 ou 3 lieux alternant intérieur et extérieur. Cela multipliera les décors et permettra aussi de « changer d’air ».

Ben_PG_manfrotto_portrait006

Je tente toujours d’identifier des éléments symboliques de l’univers dans lequel je me trouve. Non seulement le paysage, je capture toujours quelques objets agrémentant la scène afin de guider le spectateur et l’aider à définir le contexte de l’interview.

Il faut ensuite installer le sujet dans son environnement. Pour cela je réalise une série de clichés dans les 2 minutes suivant notre arrivée sur place. Pourquoi aussi rapidement ? Tout simplement pour ne pas déranger mon interlocuteur tout en figeant la scène dans sa spontanéité. Dès le moment ou la discussion commence (ou reprend) la relation « intime » naturelle s’évanouie un peu.

Ben_PG_manfrotto_portrait007

Je traite ici de lieux publics mais je procéderais de même au domicile de la personne. Bien que celle-ci baigne dans son confort et son univers rassurant, ce sera là pour moi l’occasion de ne pas pervertir mon œil et de capturer ma première vision de la scène. Dans le cas où la discussion tirerait en longueur, il me serait impossible d’obtenir le même effet avec des clichés réalisés au bout de deux ou trois heures.

Ben_PG_manfrotto_portrait009

Au cours de la discussion, je préfère limiter les photos de la personne au strict minimum. Avant tout, cela pourrait la déstabiliser ou marquer une forme de désintérêt. D’autre part, cela pourrait couper le récit. Dans le cas où la lumière ou la situation « impose » une photo, je recommanderais d’être assez rapide et d’expliquer pourquoi un cliché s’imposait à cet instant précis. Je fais aussi attention à ne capturer des portraits que dans les moments où la personne ne parle pas, lorsqu’elle reprend sa respiration, réfléchit.  Lorsque l’on parle, l’ensemble de notre visage bouge, réagit, se contracte. A moins d’être fortement botoxé, votre visage part dans tous les sens lorsque vous vous exprimez. C’est d’ailleurs un des conseils principaux que je donne aux personnes peu à l’aise devant l’objectif : Mieux vaut une bonne grimace que des paroles. Au moins, vous contrôlez ce que vous faites !!!

Ben_PG_manfrotto_portrait008

Le mieux reste d’attendre la fin de l’interview. Logiquement, une certaine confiance se sera installée et les confessions permettrons de libérer le sujet. On suit alors la dynamique du moment. En se déplaçant d’un lieu à l’autre il est aisé de sentir l’excitation de l’interlocuteur et de l’installer dans un cadre lui permettant de s’exprimer visuellement.

Ben_PG_manfrotto_portrait012

 

Ben_PG_manfrotto_portrait011

Comme toujours, la communication, l’échange et le respect permettent de créer les plus beaux moments photographiques.

Ben_PG_manfrotto_portrait013

Portraitistes (et pas que) dont j’apprécie particulièrement le travail :

Julien FAURE (Paris) : http://julienfaurephoto.com/

Clément PJ SCHNEIDER (Paris) : http://clementpjschneider.tumblr.com/

Charles ROUSSEL (NY) : http://charlesroussel.com/

Ben PG

Français

Photographe de rue français né à Nîmes, Ben traîne ses baskets depuis 5 ans entre l’Europe et l’Amérique du nord. Basé maintenant entre Paris, New-York et Londres, il centre sont travail photographique sur les rencontres et les échanges.

Top
Nos marques